Retard inquiétant dans l'octroi des contrats de déneigement

Communiqué pour diffusion immédiate

 

Retard inquiétant dans l'octroi des contrats de déneigement au Québec

Avons-nous toujours les moyens de nous payer un déneigement

24h sur 24, 7 jours sur 7?

 

24 octobre 2019

 

Les entrepreneurs en déneigement de routes du Québec visés par les contrats du Ministère des Transports (MTQ) et des municipalités s'inquiètent de la situation actuelle face à la signature tardive de certains contrats. Cette circonstance semble plus criante dans certaines régions, ce qui pourrait affecter la qualité du déneigement en début de saison.
 
L'Association des propriétaires de machinerie lourde du Québec (APMLQ) souhaite informer la population que plusieurs contrats de déneigement ont tardé à être octroyés pour la saison hivernale 2019-2020. Les organismes gouvernementaux ont fait face à un nombre élevé de contrats non renouvelés par les entrepreneurs en plus d'une augmentation de coûts lors des processus d'appels d'offres. 
 
Le déneigement : La liste de tâches est longue
 
En raison du retard de signatures, les entreprises s'inquiètent du temps qui leur sera alloué afin de se préparer à l'hiver qui arrive à grands pas. Il va sans dire que le service à la population pourrait être affecté en début de saison dans plusieurs régions du Québec. En signant un contrat tardivement, un entrepreneur a beaucoup moins de temps pour effectuer les différentes étapes de préparation nécessaires au bon fonctionnement des opérations de déneigement. La liste de tâches est longue :
  • L'achat ou la location des terrains pour entreposer les matériaux et les équipements;
  • L'installation d'abris à sel;
  • L'acquisition et le montage des camions (dont le délai de livraison est d'au moins 3 mois);
  • L'approvisionnement en sel et en abrasifs;
  • L'embauche de la main-d'?uvre.
Dans un contexte de pénurie et d'inexistence de relève, il est très difficile de trouver des opérateurs de chasse-neige qui ont à composer avec des horaires parfois de jour, de nuit, les week-ends et les jours fériés, voir même Noël. Ce métier demeure peu attrayant étant donné des conditions extrêmement difficiles. Il est même à noter que plusieurs entreprises, suite à l'hiver dernier, ont même décidé d'abandonner totalement le secteur du déneigement au grand dam des donneurs d'ouvrage qui peinent à attirer des soumissionnaires dans les appels d'offres.
 
La gestion du risque climatique imposée à l'entrepreneur
 
Plusieurs entrepreneurs en déneigement ont choisi de mettre fin à leur contrat de plusieurs années au printemps dernier en raison d'importants dépassements de coûts. Il faut comprendre que le mode contractuel de la plupart des contrats impose la gestion du risque climatique à l'entrepreneur. Dans les dernières années, l'instabilité des hivers (pluie, neige, verglas, etc.) force les déneigeurs à modifier leur façon de travailler et de calculer l'impact des différents changements de température sur les opérations. L'hiver dernier représente le nouveau standard hivernal au Québec, ce qui se reflète sans surprise par une augmentation des prix des soumissions reçues par le MTQ et les municipalités. La hausse du coût des assurances dans ce domaine d'activité, en plus de l'augmentation salariale des employés pour attirer et retenir de la main-d'?uvre compétente et des attentes de plus en plus exigeantes de la population, il ne faut pas se surprendre des prix pour déneiger les routes.
 
Avons-nous les moyens?
 
Bien qu'il soit primordial pour le MTQ et les municipalités d'analyser la situation actuelle afin de payer le juste prix, la population risque de se retrouver en situation précaire lors des premières tempêtes, surtout si l'hiver débute tôt. La question que nous devrons alors nous poser est simple. Dans un pays nordique en période de changements climatiques, avons-nous toujours les moyens de nous payer des niveaux de service de déneigement aussi élevés, 24h sur 24, 7 jours sur 7? C'est un pensez-y-bien!

 

-30-

 

 

Source : Olivier Dufour

Directeur adjoint et responsable des communications

418 650-1877

olivier.dufour@apmlq.com                           

 

Pour entrevues :

Annie Roy

Directrice générale

418 650-1877

annie.roy@apmlq.com

 

À propos de :

Fondée en 1966, l'Association des propriétaires de machinerie lourde du Québec (APMLQ) regroupe des entreprises spécialisées en construction, en déneigement de routes, en déneigement résidentiel et commercial, en excavation, en transport et en terrassement, de même que des propriétaires de grues et de pompes à béton ainsi que des entrepreneurs en forage. L'association compte 500 membres situés partout au Québec, principalement des PME régionales et familiales.

Retour à la liste des actualités

Trouver un membre

Pour trouver le membre régulier ou associé le plus près de chez vous entrez votre code postal ou votre municipalité.